Samedi 25 Fevrier, il est 8h et la vingtaine de personnels du 5 escadron qui ont répondu à la convocation sont présents sur la place du rapport pour un briefing de départ direction super dévoluy. Le but de cette manœuvre hivernale est d’obtenir le Brevet de skieur militaire (BSM) ou de le confirmer pour les personnes le détenant déjà. Cette période fait suite à celle réalisée un an plus tôt sur le plateau des Gondrans à Montgenèvre afin de réaliser deux stages hiver avant de pouvoir valider le BSM.

Après avoir préparé le matériel et chargé les véhicules, ce n’est que vers 13h que l’embarquement a lieu. L’après midi sera consacrée à la perception des locaux et du matériel personnel et collectif, les courses ne débuteront que le lundi 27 et le dimanche 26 sera consacré à une première prise en main du matériel et à des cours élémentaires sur le déplacement en peaux de phoques qui seront donnés par le capitaine Phillip, CDU de l’escadron et chef d’équipe montagne.

Lundi 27, arrivé du capitaine Capezzali chef de détachement et ancien officier montagne du régiment qui dispense depuis 2 ans les formations montagne aux réservistes du 5. Une première course de 850m de dénivelé positif est réalisée, départ de Superdevoluy pour rejoindre le col des Aiguilles en passant par le collet. Au final, c’est un effort de plus de 6h que fourniront les personnels mais toujours dans la bonne humeur malgré quelques chutes sans gravités. Retour au chalet pour un débriefing de la journée qui est positif même si des efforts techniques sont à faire par les militaires de l’escadron Phillip. Ce soir là et comme tous es soirs qui suivront, des cours sur la montagne, la préparation des sacs, et d’autres seront dispensés par le Capitaine Capezzali.

Mardi 28, les sacs se sont alourdis dans la nuit, cette fois les personnels partent pour plus de 24h avec bivouac en Igloo prévu au sommet du vallon de Barges. Le départ se fera du col du Festres et l’arrivée sur site est prévue pour 13h. Les 750m de dénivelé sont avalés dans le temps imparti et vers 14h après une rapide pause déjeuner, l’heure est à la construction des igloos. Alors que les militaires s’affèrent à la construction, des choucas survolent le bivouac. Après des heures d’efforts et des mètres cubes de neige déplacés, il est temps d’aller se coucher et de dormir dans les chambres réfrigérées trois étoiles.

Mercredi 29, réveil 7h30, l’escadron se lève sous l’œil attentif d’un chamois qui les surplombe, après un petit déjeuner réparateur, la redescente vers le téléphérique de Bure est réalisée. Même après cette nuit plus ou moins confortable, le repos n’est pas à l’ordre du jour, en effet, l’après midi est consacrée à l’apprentissage des nœuds basiques d’escalade, huit, demi marseillais, vachage, rappel.

Jeudi 1er, il est 7h du matin quand la trace part du bas du téléphérique pour équiper la traversée héroïque, véritable chef d’œuvre d’architecture naturelle où en traversant une grotte sur une pente à plus de 60° le plateau de Corne s’offre aux courageux osant cette course. Le gros du détachement et le serre file ne partiront qu’une heure plus tard et rejoindront le plateau vers 11h30. Une vue sublime sur Bure et ses combes se présente. Midi, l’heure de la descente, et le premier blessé de l’escadron. Victime d’une mauvaise chute, le genou du chef Ferre se tord. Il réussira à redescendre en raquettes jusqu’au véhicule mais le verdict du médecin tombe dans la soirée, entorse du ligament interne. Nous souhaitons au chef Ferre un bon et prompt rétablissement.

Vendredi 2, course BSM, le parcours est réalisé dans le temps imparti, par tous les personnels de l’escadron présents, dans la matinée. L’après midi sera elle consacrée à l’apprentissage de rappel suisse et de la réalisation de corps morts. Un exercice ARVA est lui aussi réalisé.

Samedi 3, le matin les locaux sont réintégrés, puis les insignes BSM, précieux sésame cher aux troupes de montagne, sont remis sous le drapeau aux nouveaux skieurs militaires du détachement. Le bilan du séjour est donné par les instructeurs et l’encadrement, celui ci est positif et le niveau général du groupe est bon. La condition physique des réservistes du 5 ainsi que leur ténacité et leur volonté de réussir sont soulignés. Le retour au quartier se prépare dans la foulée. Vers 14h tous les membres de l’escadron retournent à leurs foyers, le précieux choucas en poche, les moufles dans le sac, et les innombrables connaissances nouvelles encore en tête. Une fois de plus, le 5 aura été de tous les horizons.

1cl GOYET

Le 5ème escadron tient à remercier :

Le Capitaine Capezzali pour son enseignement et ses précieux conseils.

Le Caporal chef Richard, chef d’équipe montagne, qui, toujours dans la bonne humeur a su aider les personnels en difficulté et les conseiller à son tour.

L’ensemble des personnels ayant participés à la réalisation de cet exercice ainsi qu’à celui de l’an dernier aux Gondrans.

Share →
Aller à la barre d’outils