bam2013

Lundi, après une bonne nuit en bivouac près de Réallon, le détachement du 5ème escadron entame sa première marche en direction des Aiguilles de Chabrières. En suivant les conseils avisés du capitaine Capezzali, nous prenons nos marques lors de l’ascension qui se déroule sans problèmes, et découvrons nos premiers passages techniques avant d’atteindre le sommet. Une fois en haut, nous dominons parfaitement le lac de Serre-Ponçon et profitons de la vue avant de redescendre. Nous effectuons ensuite une instruction sur le matériel avant de gagner le poste montagne de Saint Etienne en Dévoluy.

Mardi. Lors d’une marche d’entrainement dans le Dévoluy, un stagiaire se blesse à la cheville, ce qui nous rappel que la montagne n’est jamais sans risque. Nous effectuons ensuite notre première école de glace sur les névés.

Mercredi. Au départ des Sauvas, nous partons en direction du Pic de Bure. Mais la météo n’est pas au rendez-vous, et c’est un aspect moins confortable de la montagne que nous apprenons à surmonter. La pluie et le froid nous transperce, le brouillard nous empêche de profiter du panorama. Les premières baisses de moral apparaissent dans le groupe, mais à force d’efforts nous voyons les antennes de l’observatoire émerger hors de la brume et nous continuons. La descente révélera nos ampoules et sera également pénible pour certains.

Jeudi. 7H, grasse matinée. Escalade au programme du matin. Nous parcourons la Via Ferrata des Etroits, approchant cette fois la montagne dans la verticalité et le vide. Puis l’après midi, nous prenons la route pour le massif des Ecrins, et dépassons Vallouise. Barbecue cohésion avant la nuit à la belle étoile, l’ambiance est excellente.

Vendredi. Au départ du prés de Madame Carles, 1874m d’altitude, nous montons au refuge du Glacier Blanc (2546m). Cette fois, le soleil est avec nous. L’après midi est consacré à réviser sur le glacier les encordements, cramponnages et chutes. L’étoile de l’éclaireur-skieur est remise au MDC Deniau, moment fort dans la vie d’un montagnard. Puis nous profitons de la soirée au refuge, mais nous nous couchons tôt pour préserver nos forces.

Samedi. Réveil à 3H, départ à 4H. Nous marchons en cordée pour traverser le Glacier Blanc, enjambant les crevasses alors que le jour va se lever. L’atmosphère est irréelle, l’instant magique. Puis nous entamons la paroi, restant concentré sur l’effort et la prudence, et atteignons enfin le sommet, la Roche Faurio (3730m). La descente se déroule sans encombre jusqu’au véhicule. Nous avons atteint notre objectif, et pouvons faire une halte-cohésion bien méritée avant de regagner le quartier.

 1CL LESPAGNE
CHA PATRITI

Tagged with →  
Share →
Aller à la barre d’outils